LE SILENCE DES OISEAUX

— Philippe Lancastel

Au plus doux des printemps, loin du froid de l’hiver
Le silence de nos plaines étourdit les oiseaux
Qui chantent moins nombreux et s’en vont plein de peine
Au milieu de campagnes transformées en tombeaux

Là ne vit que la mort, quelques bruits, un écho
Là ne sifflent ou ne volent que des avions-cargos
D’où défilent sans saveur des damiers de couleurs
De longs rangs encadrés, sillonnés de tracteurs

On ne sème que la cendre en ce décor de terres
Les oiseaux s’empoisonnent, ne sachant plus que faire
Un vieux merle s’interroge, les moineaux serrent la gorge 
À ce goût si amer pris soudain par les vers

La chair s’est engourdie, se rongeant de chimie
Et sous les pattes enflées d’un petit rossignol
Le sol est épuisé, la nature se désole
Que la saignent, en plein cœur, de sauvages seigneurs

 Ne sommes-nous que sorciers jeteurs de mauvais sorts ?
D’inconscients alchimistes consumant leur trésor ?
Pourtant nos yeux si clairs ne sont point faits de pierre
Nous voyons tous quel feu se répand sur la Terre

Nos paysans sont braves et taisent leurs soupirs
Mais s’essoufflent parfois, quelquefois même expirent
À panser trop de plaies, à soigner nos pays
Tandis que, dans le blé, s’est glissé l’incendie

Dans nos champs vont se taire les oiseaux solitaires  
Sous les cieux restent muettes les gentilles alouettes
Récolter les remords paraîtra bien obscène
Où la main de l’homme gêne, les bêtes quittent la scène

Dans nos champs vont se taire les oiseaux solitaires  
S’en vont les ritournelles du ciel de nos cervelles
Mais nourrir des regrets semblera bien idiot
Lorsque plus un enfant n’entendra les oiseaux

Zeen is a next generation WordPress theme. It’s powerful, beautifully designed and comes with everything you need to engage your visitors and increase conversions.

Top Reviews