BM10 ©Antonio Pronostico
©Antonio Pronostico

LE MOT DE L’ÉDITEUR #10

William Emmanuel

Qu’est-ce que la littérature ? Pour les différents dictionnaires, il s’agit d’un ensemble d’œuvres écrites ayant une valeur esthétique. Cette définition très vague permet d’affirmer qu’il y a autant de littératures que d’écrivains. Mais, la valeur esthétique est au cœur du processus littéraire. C’est ce qui permet à un texte de toucher l’âme. Il est difficile de dire précisément pourquoi tel livre nous émeut ou nous bouscule. Peu importe le sujet, ce qui nous emporte, c’est le style, la musicalité, la sensibilité de l’auteur.

Pour atteindre le lecteur, l’auteur doit jouir d’une liberté totale. Le processus de création littéraire ne supporte aucune restriction : toutes questions de notre temps doivent pouvoir constituer une matière. Seul impératif : la valeur esthétique.

Dans certaines traditions religieuses, on considère que l’esprit humain est si étroit qu’il ne peut concevoir l’idée de « Dieu ». Dès lors, « Dieu » n’est pas défini ou a des avatars plus accessibles à l’esprit humain. La littérature n’est pas plus simple à définir mais elle est accessible à tous, pourvu que nous ayons une ouverture d’esprit, que nous acceptions de nous laisser emporter vers une destination inconnue.

L’être humain a toujours raconté des histoires. Pour se lancer dans un voyage au-delà des mers ou des montages, il y a quelques milliers d’années, il fallait convaincre sa communauté avec « une belle histoire ». C’est ainsi que sont nés les récits mythologiques qui mobilisent aujourd’hui des milliards d’individus portés par leur foi religieuse.

Les textes religieux ne sont pas des livres d’Histoire. Ils racontent des histoires permettant de voir différentes facettes de la nature humaine dans une perspective eschatologique. C’est certainement utile pour ceux qui attendent un salut après leur vie terrestre. Mais cela n’a rien à voir avec la littérature même si certains versets ont des qualités littéraires indéniables.

Un écrivain ou un artiste peut-il s’inspirer de textes religieux pour créer son œuvre ? Les peintres de la Renaissance ont abondamment puisé dans la bible chrétienne pour nous offrir des tableaux magnifiques. Il s’agit souvent d’œuvres de commande et il y a une soumission aux dogmes de l’époque. Peut-on sortir de ce cadre au XXIe siècle ? Peut-on créer une œuvre qui contredit la « vérité » religieuse sans risquer d’être accusé de blasphème ?

Les religieux et les croyants ont le droit d’avoir leur vision du monde mais ils n’ont pas à l’imposer aux autres. Salman Rushdie, l’un des plus grands écrivains de langue anglaise, a le droit de choisir les sujets qui l’intéressent et de les traiter comme il l’entend. Au lecteur de faire son opinion sur la qualité littéraire de son texte. Les religieux – qui ne doivent certainement pas lire de romans – n’ont pas à nous dire quoi lire ou quoi regarder.

Cela suppose une séparation très nette entre la politique et la religion. Les dirigeants occidentaux – ils sont en première ligne car ils sont à la tête de pays jouissant de libertés publiques – seront-ils assez courageux pour rappeler ce principe indispensable pour instaurer l’harmonie au sein d’une communauté et permettre aux artistes de créer librement ? Car, ne nous y trompons pas, la censure que certains théocrates cherchent à mettre en œuvre ne vise pas que la littérature ou l’art en général. Tôt au tard, ce sont nos libertés fondamentales qui seront attaquées si nous n’organisons pas la résistance.

Zeen is a next generation WordPress theme. It’s powerful, beautifully designed and comes with everything you need to engage your visitors and increase conversions.

Top Reviews