À la page

Léonard Desbrières et Hugo Lafont

Synthèse

«La vie, c’est ça, et seulement ça: la non-douleur, avec le mal tapi aux aguets.» C’est ce que voudrait nous faire croire le nouveau roman-synthèse de Marie Darrieussecq. La synthèse de ce que c’est que d’être une femme à une époque pas encore assez révolue pour d’ores et déjà la définir. Synthèse aussi de l’œuvre globale de son auteure, convoquant ses livres passés comme pour nous crier que tout reste toujours un peu pareil, un peu partout, pour beaucoup d’entre nous. Mais pas de quoi désespérer: de nos vies séparées subsiste un semblant d’humanité.  H. L.

Fabriquer une femme de Marie Darrieussecq, éd. P.O.L,  336 p., 21 €

 

Pacte Faustien

Dix ans. C’est le temps qu’il aura fallu à Eleanor Catton pour se remettre à l’ouvrage. Dix ans pour digérer la déflagration que fut Les Luminaires, œuvre-monde onirique et éblouissante, sacrée par le Booker Prize. Aujourd’hui, elle revient avec un livre d’un tout autre genre, ancré dans un réel brutal, à la croisée de la fable politique et du thriller psychologique. Elle raconte le pacte faustien signé entre une militante écologique prête à tout pour la cause et un milliardaire séduisant, redoutable, aux penchants survivalistes. Au cœur de la forêt néo-zélandaise, idéaux, compromis, renoncements et trahisons s’agitent dans un petit théâtre de l’humanité cruel aux airs de Macbeth.  L. D.

Birnam Wood d’Eleanor Catton, éd. Buchet-Castel, 560 p., 25,50 €

 

Trois femmes pour un nouveau monde

Il est rare de tomber, dans la production littéraire contemporaine, sur des romans aussi captivants que La Louisiane. Celui-ci fait vœu d’aventures sans cesse renouvelées à coup d’enivrantes péripéties, que n’aurait pas reniées un certain Dumas. L’histoire de ces trois femmes envoyées dans le sud des États-Unis pour y épouser des colons français s’inscrit dans le romanesque pure souche, non sans évoquer une sublime idée de la sororité. Une œuvre coup de poing qu’anime l’idéal de la fraternité.  H. L.

La Louisiane de Julia Malye, éd. Stock, 560 p., 23,90 €

 

Les absents de la grande histoire

L’ultime roman du légendaire auteur américain est-il à la hauteur de son titre? Ce portrait d’une Amérique puritaine où les lois individuelles se confrontent à une irrémédiable verticalité des pouvoirs nous embarque au fin fond du cœur des hommes, main dans la main avec son protagoniste torturé. On s’enchante pour la façon dont Banks atomise toute forme de manichéisme et raconte les éternels absents de la grande histoire, ceux qu’il s’est toujours efforcé, «à perpétuité», de nous faire entendre. Goodbye, Mister Banks.  H. L.

Le Royaume enchanté de Russell Banks, éd. Actes Sud, 400 p., 23,50 €

 

Le choix de vie et de mort

Presque dix ans après 2084: la fin du monde, puissante réécriture orwellienne récompensée du Grand Prix du roman de l’Académie française, Boualem Sansal embrasse à nouveau la veine dystopique mais s’essaye à un genre peu exploité jusque-là, la fable pré-apocalyptique, une histoire du monde juste avant sa chute. Vivre narre l’histoire d’un groupe qui détient l’avenir de l’humanité entre ses mains. Les Appelés ont été traversés par une vision, un message extraterrestre les prévenant de la fin du monde et leur confiant la plus dure des responsabilités: organiser le sauvetage de la moitié de l’humanité. Comment sélectionner ceux qui méritent d’être sauvés?  L. D.

Vivre de Boualem Sansal, éd. Gallimard, 240 p., 19 €

 

Une famille d’Ardèche

On adorait déjà l’illustratrice et l’auteure de BD, on est aujourd’hui sous le charme de la romancière. Marion Fayolle réussit une entrée remarquée dans la «Blanche». Roman social, récit intime, long poème en prose: Du même bois est une ode mélancolique à un lieu perdu et à un temps révolu. Marion Fayolle se remémore la ferme familiale en Ardèche, raconte cette ruralité belle mais rude où les différentes générations cohabitent, où le quotidien s’articule autour des bêtes, où le silence règne et les blessures se dissimulent. Avec un verbe rempli d’images qu’on aimerait voir dessinées, elle s’interroge sur ce que signifie faire famille et interroge le poids du souvenir dans la transmission.  L. D.

Du même bois de Marion Fayolle, éd. Gallimard, 128 p., 16,50 €





Zeen is a next generation WordPress theme. It’s powerful, beautifully designed and comes with everything you need to engage your visitors and increase conversions.

Top Reviews